expo st-pair-sur-mer

EGREGORES III
CHAPELLE SAINTE-ANNE / 50380 SAINT-PAIR-SUR-MER

du 18 au 24 juillet 2016, tous les jours de 11h à 19h

 

En quelque sort, mon dernier travail, « Alep. Poireau, dolines & double-lune », synthétise mes recherches plastiques actuelles. Elles se focalisent autour de paysages crepusculaires pour dire ainsi, l’angoisse devant un monde effondré sur ses propres plaies, gangrenées par la recherche éhontée du taux de profit le plus fabuleux. Un monde peuplé d’égrégores malveillants souflant sur les braises apocalyptiques pointant aux quatre coins de notre ligne d’horizon. L’aubade triste du jour est déjà teintée des couleurs mourantes de la finitude du jour. Même la nature nourricière a laissé place à un vaste foyer de désordres et incertitudes.
Cette angoisse provient tout d’abord, de la guerre. Une guerre rampante qui agresse peuples et pays dominés dans un lointain… si proche, qu’on entend déjà ses furies, tel le vol menaçant d’une nuée de bourdons. Les changements climatiques catastrophiques et la révolte chaotique de la nature, ajoutent à la morbidité des jours une étrange inquiétude faite à la fois de certitudes évidentes et de folles rumeurs. Devant tant de signes avant-coureurs d’un désastre majeur… les hommes se découvrent désarmés, figés, impuissants .
Dans la symbolique des couleurs, le noir suggère le deuil, la mort. Dans ma peinture, c’est le rouge qui est porteur de la douleur, du feu, des violences et destructions, mais aussi de la révolte, du cri de douleur et espoir des victimes; pas de n’importe quelles victimes, mais des victimes conscientes de la nature des agressions qui subissent les hommes et la terre. La dualité dialectique du rouge est donc la couleur dominante de ma palette.
Par bien des aspects, l’angoisse de notre présent rejoint le climat social des années 20 et 30 du siècle dernier. Les peintres et plasticiens du courant expressionniste allemand on su le traduire et exalter dans de véritables toiles-manifeste. Avec EGREGORES, j’accroche ma petite wagonnette aux wagons-lumière d’Otto Dix, George Grosz, Jean Heartfield, sans oublier le monde crepusculaire du nabi étranger Félix Vallontton, où le feu jaillit sous la glace, et à qui je rend hommage.
A l’Ecole Estienne, j’ai appris le graphisme et la fabrication; plus tard, avec Mme Papellard du CFJ, j’appris la rigueur de la maquette de presse que j’ai pratiqué pendant de longues années. En tant que plasticien, je me revendique d’un réalisme magique qui associe aux transpositions figuratives du réel, les images et les formes mouvantes du rêve, manifestation majeure de l’inconscient. Par le collage d’objets, de mots et de situations dans un langage à la fois poétique et plastique, je traduis par le trait et de la couleur, les cheminements de la pensée agissante.
La pittura é cosa mentale, comme le disait dans une fulgurance Leonardo di Vinci. Dans cette perspective, la peinture, au regard d’autres disciplines, est un outil expérimental de connaissance du monde.
https://zavarof.wordpress.com
Affiche-02

Une réflexion au sujet de « expo st-pair-sur-mer »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s